La Chaire de recherche du Canada en gestion des risques a pour mission de comprendre comment se prennent les décisions dans des situations à risque et de concevoir des outils pour améliorer la gestion des risques. Elle se penche particulièrement sur les domaines où la gestion des risques s’est révélée défaillante ces dernières années, par exemple dans le cas de l’épidémie de grippe H1N1 ou celui de la crise financière qui a débuté en 2007.

La recherche de la Chaire contribuera à faire en sorte que l’histoire ne se répète pas lorsque la société fera face à ses prochains risques majeurs.

La gestion des risques

La gestion des risques est un domaine de recherche prometteur. Plusieurs événements tels les rendements désastreux de certains placements, les accidents mortels de la route, la contamination d’aliments ou les actes terroristes rappellent combien les sources de risque sont nombreuses et diverses. Des recherches comme celles qu’effectue la Chaire permettent de développer des outils pour mieux gérer les risques et, par conséquent, réduire les coûts importants qui s’y rattachent.

Traditionnellement associée au monde de l’assurance, la gestion des risques s’est étendue à d’autres secteurs d’activité touchant de près non seulement les entreprises mais également les individus et la société. Le titulaire de la Chaire a contribué de plusieurs façons à ce développement en concevant notamment des modèles de gestion des risques ayant des applications dans de multiples domaines, par exemple : l’assurance, le secteur bancaire, la sécurité routière, les risques environnementaux, la santé, la sécurité publique et la finance, notamment en ce qui a trait aux risques opérationnels, de liquidité et de crédit ainsi qu’à la gestion de portefeuilles financiers.

Des recherches pour mieux comprendre le processus décisionnel

Les individus et les entreprises sont souvent appelés à prendre des décisions sans connaître tous les risques qui y sont associés. Comment, dans une situation d’incertitude, de telles décisions sont-elles prises ? Quels facteurs amènent une personne à gérer ses risques de manière optimale?

En se fondant sur des constats de recherche en psychologie quant à la prise de décision en présence d’incertitude (processus et dissonance cognitifs), divers projets aident à mieux comprendre le processus décisionnel des individus et permettent de développer des outils pour mesurer les facteurs déterminant l’habileté d’une personne à gérer ses risques de manière optimale. Les choix de jouer à la loterie, de conduire un véhicule en état d’ébriété ou, simplement, de fumer constituent des domaines d’application privilégiés de cette problématique.

Création de la Chaire

Grâce au soutien financier du Programme des chaires de recherche du Canada, la Chaire de gestion des risques de HEC Montréal est devenue en janvier 2004 la Chaire de recherche du Canada en gestion des risques. 

Un soutien financier pour l’achat de matériel informatique performant

La Chaire a récemment obtenu un financement conjoint de la Fondation canadienne pour l’innovation, du Ministère de l’éducation du Québec et de partenaires privés au montant de 780 000 $, qui lui a permis de se doter d’une infrastructure ultraperformante, nécessaire pour effectuer des calculs rapides sur des grandes bases de données. Ces outils performants ouvrent de nouveaux accès à des domaines de recherche requérant de vastes échantillonnages, comme la titrisation des banques, la tarification de l’assurance des flottes de véhicules, le risque opérationnel des banques, la demande de réassurance, la gestion des risques dans différentes industries,  la liquidité des obligations et des CDSs ou les transactions boursières à haute fréquence.